19/03/2004

Et c'est repartit pour un tour

J'essayais de ne pas y penser, je me disais que ca allait, qu'il n'était pas trop mal.  Et voilà que depuis hier, plus rien ne va.  Il ne mange plus grand chose depuis Strasbourg, il est tout le temps fatigué, ne se sent pas très en forme, il a des vertiges et des nausées.  Et aujourd'hui, c'en était de trop.  Il a du appelé le pneumologue.  Plus moyen de trouver une position ou il n'avait pas mal.  Nous voilà donc en route pour l'hôpital et la consultation du pneumologue.  Après une radio, le verdict tombe : il y a à nouveau de l'infection, il a maigris et son état général est affaiblis.  Bon monsieur T. on vous a réservé une chambre avec vue sur le chantier d'agrandissement de l'hopital. Vous ferez donc un séjour chez nous de 10-12 jours durant lequel on va combattre votre infection, soulager au mieux vos douleurs et vous retaper grace à de la nourriture en baxter.  Nous voici donc repartis pour la troisième fois avec ce traitement de requinquage.  J'espère que ca marchera comme les 2 premières éditions.  Putain de cancer, non seulement tu nous empêches de vivre nos rêves mais tu le fais souffir en plus et s'il souffre et bien je souffre aussi.  La radiothérapie est aussi pour quelque chose dans toutes ces douleurs.  Au lieu de tuer cette maudite tumeur, les rayons ont créés des abcès qui se remplissent régulièrement d'infection et qui empeche mon homme de se nourrir et de vivre correctement.
D'habitude, son séjour à l'hôpital arrive toujours quand je suis en congés mais cette fois c'est à la fin de mes vacances.  Lundi je recommence le boulot et je vais devoir courrir entre Bruxelles, la maison et l'hopital.  Ca va pas être de tout repos mais on commence à avoir l'habitude. Et cette tumeur, elle ne faiblit pas elle, au contraire.  Elle résiste à tous les traitements et les docs ne voient plus trop ce qu'ils vont pouvoir faire.  Mais n'y a-t-il pas un nouveau médoc quelque part qui pourrait sauver mon amour.  La vie est parfois bien cruel, il est jeune, il a encore plein de chose à vivre et il ne peut pas m'abandonner comme ça.  S'il existe un dieu quelque part, j'aimerai l'implorer et lui demander grâce.  Je ne veux pas baisser les bras, je veux encore y croire.  Tout ne peut pas toujours être noire.  Courage mon amour, bats toi et tu verras, tu le vaincre ce mal qui pour l'instant te ronge.  Et moi je suis là, avec toi et je t'aiderai à le faire fuir.
Je t'aime mon amour.

23:41 Écrit par Catseyes | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Je ne sais pas quoi dire... sinon courage!!!

Le moral, c'est la clé!!!

Écrit par : rutabi | 20/03/2004

*** Je ne peux retenir une larme en te lisant... pas de mots inutiles... juste prends courage... je te comprends et pense fort à toi...

Écrit par : Sweeety | 20/03/2004

comme tu me l'a si bien dit hier..... c'est toi qui décide!!!! et tu n'a pas encore donné l'autorisation! je t'embrasse fort et pense à toi et surtout je t'envoi un grand bol d'énergie que tu distribuera... à bientôt.

Écrit par : valou | 20/03/2004

.... Un bisou, une pensée, et une pluie d'étoiles...pour que ton ciel s'éclaircice....

Bisous

Écrit par : Babylou | 20/03/2004

Les commentaires sont fermés.