20/04/2004

Des hauts et des bas

Pas facile la vie quand on a perdu sa moitié.  C'est bizare mais jusqu'à samedi, j'encaissais pas trop mal mais évidemment, après l'incinération, on se rend compte que tout est vraiment fini.  On prend vraiment conscience.  Alors oui il me manque, oui ma vie me parait vide sans lui.  Samedi après avoir quitté le funérarium, je me sentais étrange, pas envie de rentrer chez moi.  Je suis donc allée au centre ville, me promener un peu avec ma maman.  Essayer de me changer les idées, mais voilà, mon homme était une personne connue en ville et je me sentais comme épiée, observée et jugée : Quoi, comment, on incinère son compagnon le matin et elle se promène en ville l'après-midi, mais c'est honteux.  Je me fais probablement des idées mais c'est vraiment ce que j'ai ressenti.  J'ai alors décidé de rentrer chez moi.  Et là, catastrophe.  Je me suis retrouvée seule dans la maison et les vannes se sont ouvertes.  Je pleurais et n'arrivait pas à m'arrêter.
C'était le choc, la maison était vide sans lui.  J'ai alors réaliser que je n'avais jamais vécu toute seule dans cette maison.  On y avait emménagé ensemble.  Je ne savais plus que faire. Alors j'ai appelé mon amie.  Je voulais juste parler un peu mais elle ne voulait pas que je reste seule chez moi ce jour là.  Ils sont venu me chercher avec son compagnon.  Nous sommes allés sur la foire au centre ville pour le petit garçon de son ami.  J'y ai rencontré un copain que je n'avais plus vu depuis un bon bout de temps et celui-ci m'a appris que chaque fois qu'il voyait mon homme et qu'ils parlaient ensemble, il disait qu'il n'était pas toujours hyper sympa avec moi mais il trouvait qu'il avait de la chance d'être avec moi et que j'étais quelqu'un d'exceptionnel.  Ca m'a fait plaisir de savoir que mon homme pensait ca de moi.  Bien sur il m'a souvent dit qu'il m'aimait et que sans moi il n'aurait peut-être pas été ou il était arrivé aujourd'hui mais je ne savais pas tout cela.  Ca réchauffe le coeur de se dire qu'on a compté autant pour quelqu'un.  Ensuite j'ai passé la soirée chez mon amie, on a parlé de tout de rien, de lui de nous et puis on a mangé, on a bu un peu de vin aussi.  Je suis rentrée vers 23h00.  Le vin aidant, j'ai réussi à m'endormir assez rapidement.  Maintenant j'arrive à rester dans ma maison même s'il y a beaucoup de souvenir de nous.  Petit à petit, je ne garderais en mémoir que les bons moments passé ensemble et mon chagrin s'estompera peu à peu.  Je vais surtout essayer de penser à moi.  Même si j'essaye de m'amuser, je ne le trahis pas car je sais qu'il n'aurait pas voulu que je me laisse aller.  Alors j'essaye de vivre pour lui, pour nous.  Je l'aime et je l'aimerais toujours mais je dois continuer ma vie.
J'ai retrouvé une photo de nous ou je trouve que nous sommes bien.  C'était il y a presque 3 ans au baptème de ma filleule.  Il avait toujours sa moustache à cette époque.  Je trouve que ca le viellissait et c'est pour cela qu'un an après, dès notre arrivée à Punta Cana, en république dominicaine, il m'a fait la surprise de la raser.  J'i trouvé qu'il avait rajeuni d'un coup.  Alors voilà je vous mets cette photo que j'aime
 

10:17 Écrit par Catseyes | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

... je viens de lire ton blog, je suis navree de ce qui t arrive, je ne sais pas quels mots employes pour te reconforter, saches que je pense a toi et que toute mon affection t accompagne

Écrit par : radis | 22/04/2004

... ça fait maintenant 4 jours que je passe tout les jours sur ton blog mais je n'arrivais pas un te laisser un comm. Je t'avoue que ce que tu as écris me touche très pofondemment. C'est à tel point que je suis paralisée. Je sais ce que c'est de perdre quelqu'un, comme je te l'ai dit je crois, j'ai perdu mon papa le 25 janvier dernier et je le vis toujours très mal. Conjugé avec des problème de boulot, ben je viens de me retrouver sous antidépresseurs. J'espère que toute les 2 on ira mieux dans l'avenir.
je t'embrasse sincèrement Cats

Écrit par : zabou | 24/04/2004

no comment Parce que c'était lui... Parce que c'était toi

Écrit par : Fred | 25/08/2006

Les commentaires sont fermés.